diapo-home-03.jpg

La Fête de la transhumance à Jaujac : une vitrine pour les éleveurs de moutons et la ruralité


Mercredi 13 Juin 2018

Aux alentours de 10 heures, dimanche matin, un concert de sonnailles dans les rues de Jaujac annonçait symboliquement l’ouverture de la Fête de la transhumance. Le troupeau de brebis des Ollier du Fau traversait le pont du Chastelas pour monter jusqu’à Rochemure, au pied du volcan, bientôt rejoint par celui de Guilhem Dangel de Bruen Bas (hameau de Vals-les-bains) qui arrivait par la route de Pont-de-Labeaume.

Ce dimanche 10 juin, le Syndicat ovin de l’Ardèche organisait pour la 2ième fois autour du château de Rochemure, Maison du parc des Monts d’Ardèche, sa grande Fête de la transhumance, avec le soutien de la municipalité de Jaujac et de la communauté de communes Ardèche des Sources et Volcans. Tout comme pour l’édition de 2016, le succès populaire était au rendez-vous, les parkings du village saturés, la place du Champ de Mars transformée en vaste espace de stationnement, des voitures dans tous les sens, beaucoup plus que de brebis !

Alors que les troupeaux de brebis sont de moins en moins présents dans nos paysages, qu’ils ont pourtant contribué à maintenir ouverts, le public plébiscite les manifestations mettant à l’honneur le mouton. Des milliers de personnes sont donc montées à Rochemure pour voir les brebis, rassemblées devant le château et « chômant » en attendant l’heure du départ pour l’estive, sur les pâturages du Tanargue. De nombreuses animations pour tous les publics étaient prévues sur place, des démonstrations de tonte, du travail des chiens de berger, des dégustations de viande ovine, mais aussi des conférences et des expositions, des promenades, des jeux pour les enfants, un marché de producteurs locaux et d’artisanat…

Cette Fête de la transhumance qui est un outil de communication de la filière ovine en Ardèche a été la vitrine dimanche, du lancement de la marque « Agneau d’Ardèche ». Avec cette marque qualitative, le syndicat départemental ovin souhaite valoriser à la fois le travail des éleveurs et le territoire ardéchois, afin de dynamiser la filière et si le succès est au rendez-vous auprès des consommateurs, de travailler ensuite à l’obtention d’une indication géographique protégée (IGP) pour l’agneau d’Ardèche.

 

La Fête de la transhumance à Jaujac : une vitrine pour les éleveurs de moutons et la ruralité